Centre d’Études Ibériques et Ibéro-Américaines - Cultures romanes et amérindiennes (CEIIBA)


Accueil > Programme de recherche > Archives inventées

Archives inventées

S’agit-il de trouver ou de retrouver ces énoncés perdus, ces documents enfouis ou s’agit-il avant tout d’opter pour une démarche active d’invention qui doute de l’existence préalable de documents considérés en tant que tels et constitue en documents des traces hétérogènes, demeurées longtemps illisibles, à la fois présentes et ignorées ? De la reconstruction du destin de ces documents à la réévaluation de ce qui peut constituer un document, c’est une double opération qui est mise en œuvre : de questionnement des stratégies qui ont régi les lisibilités et disposé des lacunes, et d’invention de stratégies qui rendent accessibles des connaissances exclues, niées, censurées. À côté de « l’orthogenèse de la raison » (Foucault 1969) les connexions de lectures alternatives et la dérive des cadres herméneutiques vont jusqu’à composer de nouveaux seuils, signalant et instituant des supports documentaires recomposés à partir d’éléments divers, disséminés.
La mémoire individuelle devient archive collective à la faveur des démarches actuelles de constitution de fonds et d’enregistrement de témoignages oraux (exil républicain espagnol, « disparus », langues minoritaires etc.).